Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[event noel] Un coeur aussi blanc que la neige ft Mélodias
Angélica Warren
Infirmière
Angélica Warren
Terra : 19104
Mar 18 Déc - 21:29
Un coeur aussi blanc que la neigeAngélica enfonçait sa petite tête blanche dans son écharpe, elle regardait son souffle se transformer en vapeur.  Voilà qu’il faisait froid, il avait commencé à neiger depuis quelques jours et la jeune femme s’inquiéter de ses autres protégés qu’elle s’était trouvé il y avait quelques mois de cela.

Les pauvres devaient avoir froid. Elle souhaitait tellement les prendre avec elle dans le pensionnat mais elle n’en avait pas le droit. Pas d’animaux dans les bâtiments, sans autorisation du moins. Et en attendant ses petits protégés grelottaient sans doute de froid dans leur carton.

A sa pause elle courut en direction de l’endroit où elle les avait mis au chaud. C’était un endroit où de l’air chaud sortait d’un conduit, celui du chauffage. Là dans sa caisse deux petits chatons la regardait en grelottant avec de gros yeux implorant. Angélica le cœur brisé les regardait avec tristesse, leur caressant doucement la tête :

-Je sais…j’aimerai tellement pouvoir vous emporter avec moi…

Les chatons miaulaient doucement, frottant leur petites têtes contre la main d’Angélica. La jeune femme semblait en avoir le cœur brisé. De son sac elle sorti une couverture épaisse, elle enroula précautionneusement les chatons dedans pour les réchauffer un peu. Puis dans leur caisse elle posa doucement un peu de croquettes et une écuelle d’eau.

-Voilà, buvez vite pour ne pas que ça gèle.

Elle sourit doucement aux petits chats. Elle ne voulait pas que ses petits protégés se gèlent les pattes en les posant sur le sol. Ils n’étaient déjà pas très épais aux yeux de la licorne, et ils n’avaient pas de maman. Comment pouvait-elle , avec son cœur si pur, délaissé de petits êtres qui n’avaient plus famille ni aide. Elle toucha doucement la truffe des petits chats pour vérifier s’ils n’avaient pas de fièvre, non. Elle soupira un peu soulagée. Même si elle les aurait soignés avec plaisir avec son pouvoir la jeune femme n’avait pas envie de trop l’utiliser.
Malgré le froid elle restait assise face à la caisse pour vérifier que les petits chatons mangent correctement et ne montrent aucun signe de faiblesse. Le froid commençait à la gagner mais ses protégés étaient bien plus important à ses yeux. Doucement elle leur mit une montagne de croquette dans leur écuelle :

-Comme ça vous en aurez assez en attendant que je puisses vous rejoindre après la fin de mon travail. Ne faites pas de bêtises d’accord ?


Elle leur gratouilla doucement le menton tandis que les petits chatons ronronnaient, essayant de jouer avec Angélica. La jeune femme riait doucement , elle joua un peu avec eux, ignorant les griffures et les morsures qui parsemait sa main. Elle les réprimandait quand ils y allaient trop fort avec une petite tape sur le museau et les chatons s’arrêtaient. Ils étaient tellement adorable. Se séparer d'eux était chaque fois éprouvant. Ses pensées durant ses temps libre n’allait qu’à eux.


©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
Meliodas Johnson
Masculin
Terra : 20665
Emploi/club* : Professeur de Civilisation Humaine et Magique
Ven 28 Déc - 1:00
Le froid englobe le pensionnat Ereno. Battant sur le toit et soufflant rudement dans le jardin et les couloirs. Les personnes bravant ce temps sont toutes vêtues chaudement sauf... moi. Vampire que je suis, le froids ne me fait rien. Alors je porte un manteau de mis saison et une légère écharpe.

Je traverse les couloirs en repensant aux évènements de ces derniers jours. Comme chaque année a Noël dans ce pensionnat, on joue au père noël. Cette année, je dois trouver un présent a offrir a Angelica Warren, la nouvelle infirmière. Je ne l’ai jamais croisé, ma santé étant meilleure depuis la rentré de septembre.

En me renseignant auprès des élèves, j’ai appris deux choses. Un, pour approcher la nouvelle infirmière, des farceurs vendait des bonbons pour tomber malade. Deux, qu’elle était une licorne. Mais rien de plus. Alors comment trouver un cadeau qui convienne a cette jeune femme ? Je pourrais essayer de lui sculpter quelque chose... non.

Perdus dans mes pensé, je marchais le nez en l’air. Jusqu’a ce qu’une odeur étrange ne vienne me titiller. Douce et enivrante, je la suivis comme hypnotisé. Et enfin je la vis. De long cheveux blancs battus par le vent. Vu de dos, elle paressait comme un ange. Ma bulle de rêverie vola en éclat lorsque j’entendis des miaulement depuis l’endroit où se trouvait l’inconnue. Curieux, je me raclais la gorge pour ne pas l’effrayer et engager la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Angélica Warren
Infirmière
Angélica Warren
Terra : 19104
Lun 31 Déc - 11:21
Un coeur aussi blanc que la neigeAngélica sursauta quand elle entendit un raclement de gorge.  La jeune femme se retourna un peu prise au dépourvue, main derrière le dos essayant de cacher les deux petits anges dans le carton. Un peu paniquée elle croisa deux grands yeux rouges. Face à ce contact Mélodias pouvait se sentir plus détendue et calme que d’habitude, ce qui était l’opposé du sentiment qui envahissait Angélica là tout de suite :

-Bon…bonjour…heu…je….ce n’est pas ce que vous croyez…

Angélica ne le remarqua pas mais durant quelques instants une partie de son tatouage dans son cou rougeoyât.  La belle aux cheveux blancs ne savait pas vraiment quoi faire face à la personne qui était devant elle.

Elle ne connaissait pas beaucoup de monde, elle ne savait pas à qui elle avait à faire et elle ne savait pas non plus si elle devait cacher l’existence de ses deux chatons. A dire vrai comme elle était arrivée il n’y avait que quelques semaines tout le pensionnat lui était étranger.

Les deux petits protégés miaulèrent comme pour rendre la situation un peu plus compliquée. Angélica semblait encore plus embarrassée et mal à l’aise que tout à l’heure. De toute façon la jeune femme ne savait pas mentir alors bon… Un peu craintive elle leva deux yeux timides vers Mélodias, un peu hésitante face à la réaction que le jeune homme allait avoir.

©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
Meliodas Johnson
Masculin
Terra : 20665
Emploi/club* : Professeur de Civilisation Humaine et Magique
Sam 16 Fév - 0:14
La jeune femme se retourna d’un coup. Son fine silhouette essayant tant bien que mal de cacher les jeune chatons cabotins.
A la vue des deux saphir ornant son ses yeux je me sentis apaisé. Puis une étrange lueur attira mon regard vers son adorable cou. Un tatouage en forme de collier rehaussé par une petite fleur a cinq pétales. La douce lumière rouge de ce tatouage fit accélérer mon sang. Pendant un seconde, je sentis mon corps s’échauffé. Une excitation et un besoins que je n’avais plus ressentit depuis presque 900 ans. L’excitation de la chasse, la joie de trouver une proie.

Je sentis mes yeux s’illuminer aussi en tempo avec son tatouage. Mais comment était-ce possible ? J’étais un vampire ne pouvant plus se nourrir. Alors pourquoi ressentais-je ....
Les miaulements des chatons me tirèrent de mes sensations étranges. Le tatouage a nouveau inerte m’intriguais toujours, mais sa propriétaire bien plus encore.

- Jeune demoiselle, quel trésors cachez-vous donc ?

M’approchant prudemment, je vis deux petites frimousses dans un carton. Mon coeur se fendilla a la vue de ses deux paires d’yeux malheureux. En me tournant de manière solennel vers l’inconnue, je dis :

- On dirais des orphelins de Londres il y a quelques centaines d’années. Les aider alors que personne n’en veux...

Mon dialogue pouvant être interpréter de manière sèche, je plonge une main dans le carton et sors les deux petits bouts par la peau du cou. Ils se débattent et crachent. On peux penser que je vais les jeter par dessus les arbres avec mon aspect menaçant et mes yeux luisants. Mais non, je les calent dans mon écharpe une fois celle-ci défaite. Et je me met a les frictionner doucement avec mon écharpe pour les réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Angélica Warren
Infirmière
Angélica Warren
Terra : 19104
Sam 16 Fév - 8:58
Un coeur aussi blanc que la neigeAngélica vit les yeux du jeune homme devenir rouges. C’était à la fois étrange mais aussi captivant, elle avait du mal à s’en détacher, les regardant pendant de longues secondes avant que les jeunes chatons ne se rappellent à leurs bons souvenirs.

Le tatouage redevient invisible sans même que la jeune femme aux cheveux blancs ne le remarque, d’une voix plutôt séduisante et intriguée le jeune homme lui demanda :

- Jeune demoiselle, quel trésors cachez-vous donc ?

-Heu…je…heu…rien… ?

Elle paniquait toujours à l’idée de la réaction du jeune homme face aux deux petites créatures. En tout cas, sa manière de parler l’avait un peu étonnée. Elle ne savait pas si c’était des chatons ou d’elle-même dont elle parlait. L’idée que ce soit d’elle et non des chatons la perturbait légèrement, même si elle ne saurait pas dire pourquoi. Il s’approcha doucement, et sa proximité en rajouta à son côté perturbé. Il y avait un quelque chose déclenchée par leur proximité dont elle ne saurait expliquer.
En tout cas, trop tard pour faire quoique ce soit, l’homme venait de découvrir les chatons :

- On dirait des orphelins de Londres il y a quelques centaines d’années. Les aider alors que personne n’en veux...

-Peut-être mais moi j’en veux… dit la jeune infirmière de manière ferme mais timide. Elle n’avait pas pour habitude de dire qu’elle voulait quoique ce soit.
En même temps les licornes étaient pures et désintéressées. Vouloir quelque chose était inhabituelle. Malgré tout, elle voulait protéger les chatons, ils méritaient cela. Le jeune homme sortit les deux chatons par le cou, et les chatons n’avaient pas l’air de l’apprécier. Peut-être car ils sentaient quelque chose de mal émaner du jeune homme, une mauvaise intention. Du coup elle regardait le jeune homme de manière inquiète, qu’est-ce qu’il allait faire à ses deux créatures innocentes ?

Puis d’un coup les deux chatons se turent, et Angélica écarquilla les yeux : voilà que le jeune homme à l’allure inquiétante mettaient les deux chatons dans son écharpe pour les réchauffer. Angélica sourit doucement : il n’était pas si inquiétant que ça et avait même l’air très gentil. Voir quelqu’un s’occupait des chatons comme ça lui réchauffait le cœur.

-Je…merci…mais vous allez avoir froid…

Alors pour remercier le vampire elle défit à son tour l’écharpe. La jeune femme passa son écharpe autour du cou du jeune homme aux cheveux noirs. L’écharpe avait son odeur, et avec ses sens affûtés le vampire pouvait la sentir. Les petits chatons semblaient appréciés d’être contre le vampire désormais, ils se roulaient en boule contre le torse du jeune homme, toujours dans l’écharpe.

-Je…je ne vous ai jamais vu ici…vous venez d’arriver ?

©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
Meliodas Johnson
Masculin
Terra : 20665
Emploi/club* : Professeur de Civilisation Humaine et Magique
Mar 19 Fév - 19:05
Volontaire, la jeune demoiselle savait ce qu’elle voulait et semblait avoir sur le coeur sur la main. La preuve, elle m’offrit sans regret son écharpe dans ce froid. Seulement, étant un vampire, je ne pas sensible au basse température.

Soudain, je sentis la douce odeur de l’écharpe. En totale contradiction j’eus un pique de douleur dans la gorge, puis mes épaules se détendirent juste après. Cela devait être a cause des chatons, leurs petits ronrons devait me bercer.

Gratter leurs petits corps chaud me rappela que cela n’était pas la première. Les animaux après m’avoir craché dessus avait la fâcheuse habitude de se coller a moi. Il faut dire que lorsque je dors je suis immobile comme la mort.

-Je…je ne vous ai jamais vu ici…vous venez d’arriver ?

- Je suis revenus au Pensionnat il y a .... trois ans. C’est drôle, moi non plus je ne vous ai jamais vu ! Mais si vous ne m’avez jamais vu, vous avez dû entendre parler du vieux professeur vampire ?

Souriant, je repense au surnom que mes élèves m’ont donné, le Légendaire Méliodas, le vampire ayant vécu toute l’Histoire.

- Et vous jeune demoiselle....

Un air taquin sur le visage, je dévorais du regard l’inconnue.

- Vais-je devoir vous appeler « l’inconnue » ou la « Dame en Blanc » ? Ne connaissant toujours pas votre nom cela pourrais s’avérer votre surnom !

Les petites boules de poils devaient sentir quelque chose. Peut être l’atmosphère qui devenait plus... douce. Car ils se mirent a se frotter leur truffes. Tel des amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Angélica Warren
Infirmière
Angélica Warren
Terra : 19104
Mar 19 Fév - 20:35
Un coeur aussi blanc que la neige
- Je suis revenus au Pensionnat il y a .... trois ans. C’est drôle, moi non plus je ne vous ai jamais vu ! Mais si vous ne m’avez jamais vu, vous avez dû entendre parler du vieux professeur vampire ?

Hélas je n’en avais jamais entendue parler mais cela me laissait songeuse…Il y a trois ans, je me demandais bien pourquoi il était parti à l’époque. En tout cas il semblait bien agréable, et gentil. Il avait un joli sourire aussi, cela lui allait bien, les élèves devaient bien l’aimer.

- Et vous jeune demoiselle....


Son regard fixé sur moi me mettait mal à l’aise, mais pas dans le mauvais sens, il était perturbant et en même temps si troublant, impossible de s’en détacher. Il avait un truc, dur de mettre un mot dessus mais c’était…attractif.

- Vais-je devoir vous appeler « l’inconnue » ou la « Dame en Blanc » ? Ne connaissant toujours pas votre nom cela pourrais s’avérer votre surnom !

Timidement je ris : je ne m’étais pas vraiment présentée mais lui non plus ! Ouvrant légèrement mes lèvres je lui répondis :

-Blanche neige c’est bien aussi , En fait…Je m’appelle Angélica et je viens d’arriver au pensionnat pour remplacer la dernière infirmière qui a été renvoyée. Alors…c’est sans doute pour cela que vous ne m’avez pas vu…
Et j’avoue que non, enfin si j’ai entendu parler d’un professeur qui semblait ne pas faire toutes les vies qu’il avait vécues, mais je pensais que c’était un vieil homme pas…

Je ne pus m’empêcher de le regarder de haut en bas pour être plus explicite, timidement, un peu gênée de nourrir des pensées pareilles envers cet homme. Disons les choses telles qu’elles étaient néanmoins, il était très beau pour un centenaire si ce n’était un millénaire. Maintenant que mon écharpe était en moins le beau vampire pouvait voir un pendentif en forme de daim autour de mon cou. Il paraissait que je l’avais avec moi depuis ma naissance, il était dans le berceau avec une alliance et mon poisson rouge Mel qui avait été posé dans un bocal à côté de mon berceau.

M’approchant doucement des chatons, à quelques centimètres du vampire, je caressai leur pelage si doux, avec un regard attendrie je dis :

-Vous êtes très mignons !

A première vue il pouvait y avoir un doute du sujet de ma phrase mais si je vous jure qu’il s’agissait bien des chatons !


©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
Meliodas Johnson
Masculin
Terra : 20665
Emploi/club* : Professeur de Civilisation Humaine et Magique
Jeu 7 Mar - 0:01
Angelica l’infirmière, alors la voici. Comme un enchantement, a l’entente de son nom le monde s’éclaira.
La jeune femme me scruta de la tête au pied, appuyant son commentaire sur mon âge. Joueur, je lui renvoyais le même regard scrutateur. Passant sur son visage fin, son cou gracile, son pendentif ... et quel étrange collier. Un petit daim sculpté dans du bois, rien qu’en regardant je pouvais sentir sous mes doigts chaque imperfections, chaque noeuds du bois.

La jeune femme se pencha pour caresser les deux petits félins. Le vent semblait danser autour dans sa chevelure, caressant ses joues pour souligner sa taille. L’instant était hypnotisant.

Sa petite répartie me laissa souriant. Et me prenant au jeu, je caressais les deux chatons avec un regard coquin :

- Et tellement innocents avec ses yeux.

Je me retins de la regarder, puis je repris :

- Peut-être, rêve t-ils d’être au chaud en ce moment non ?

Je relevais les yeux cette fois pour les fixer a nouveau sur ceux azur de la jeune femme.

- Est-ce ce qu’ils souhaitent ?

La phrase était surtout pour la jeune femme. Ainsi, si c’était son souhait, je prendrais sous ma protection ces deux chatons. Comme le père noël secret que j’étais.

Je restais muet, laissant cet instant en suspend. Puis je tendis une main vers la sienne. Mais mon geste fut interrompus par des aboiements de chiens. Les chatons prirent soudain peur. Sortant leurs griffes, ils se sauvèrent dans un arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Angélica Warren
Infirmière
Angélica Warren
Terra : 19104
Jeu 7 Mar - 14:32
Un coeur aussi blanc que la neige
La voix du vampire était taquine lorsqu’il me dit :

-Et tellement innocents avec ses yeux

Ses ? ça retint mon attention, doucement je relevai la tête pour essayer de m’accrocher au sien. J’étais étonnée : parlait-il vraiment des chatons ? B-bien sûr non ? Après tout je n’avais rien d’innocent si… ? Je ne pus m’empêcher de rougir légèrement

- Peut-être, rêve t-ils d’être au chaud en ce moment non ?


Sa question me coupa de mon débat intérieur, il m’avait étonnée par sa question. Sous-entendait-il qu’il voulait prendre les chatons ? Ce serait merveilleux ! j’avais un grand sourire à cette idée. Ma joie fut régulée lorsque j’accrochai de nouveau le regard du jeune homme. Voilà qu’ils se remettaient à me perturber. La tension s’installa de nouveau dans l’air lorsque la voix de l’inconnu me demanda :

- Est-ce ce qu’ils souhaitent ?


-Oui… oui ils le souhaiteraient….

Et me voilà bien maintenant que je n’arrivais plus à me détacher de ses yeux, de son regard. Le silence était de nouveau là et la tension était revenue en même temps. Cette fois, ce fut un aboiement qui la brisa, je clignai doucement des yeux comme si cet aboiement m’avait réveillée. Les chatons hérissèrent leurs pelages, sortirent leurs griffent et allèrent se réfugier dans un arbre.
Je m’inquiétai dans un premier temps pour Mélodias :

-ça va… ? Ils ne vous ont pas blessés… ?

Heureusement à première vue il n’en donnait pas l’impression… il fallait donc aller apaiser les chatons pour les faire redescendre de leur arbre. Je tentai dans un premier temps de monter à l’arbre, y arrivant, tout du moins au début. Comme il venait de pleuvoir, le bois était humide et glissant, ainsi mon pied dérapa et surprise je me sentis tomber de l’arbre. Fermant les yeux je me préparai au choc et à la dureté de l’impact.
J’entendais les chatons pousser des miaulements, d’inquiétude peut-être. Le chaton noir, qui s’était mis face au chaton blanc, comme pour le protéger, fut le premier à pousser des miaulements.


©️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
Meliodas Johnson
Masculin
Terra : 20665
Emploi/club* : Professeur de Civilisation Humaine et Magique
Jeu 9 Mai - 0:12
- Non pas de soucis de mon côté.

D’un regard doux je la rassurais. Puis je me fit la réflexion qu’après une tel frayeur, les chatons ne descendront pas si facilement. Cherchant du regard une petite croquette a leur tendre pour les appâter au sol. J’entendis du bois grincer. Suivant le bruit, mon regard se porta sur Angelica. Suspendu a quelques mètres du sol, elle grimpait vers les deux chatons.

Je sentis arriver la catastrophe plus que je ne la vis. Mon corps se crispa, mes yeux s’illuminèrent, signe que j’allais utiliser mes capacité de vampire. Et en effet, la catastrophe arrive, le corps d’Angelica bascula. Le temps d’un battement de coeur, je me déplaçais a l’endroit présumé de sa chute.

Dans un second battement de coeur, je levais la tête pour évaluer le temps exacte où je devrais la rattraper. D’un bond je réussi a la rattraper. Un bras dans le dos, et l’autre sous ses genoux, j’atterris a genoux. Son corps collé au mien pour amortir la secousse, je sentis chacune de ses formes se presser contre mon torse. La courbe de ses seins, l’arrondis des cuisses, le frôlement de son nez sur ma jugulaire.

Je déglutis bruyamment, cela n’avais rien de classe. Mais la soif n’avait jamais paru aussi intenable qu’en ce moment. Reprenant mes esprits a grandes peines, je m’inquiétais pour sa santé.

- Êtes vous blessé ?

Je posais délicatement Angélica sur le sol, entre les racines de l’arbre. Puis je pris doucement la main d’Angie, avant de l’amener a mon nez. On aurait pu croire a un baise main de l’extérieur. Mais ce que je cherché était l’odeur de son sang, de peur qu’elle ne se soit blessé

- Aucune odeur de sang, heureusement ce ne fut qu’une simple frayeur a la fois pour vous et pour moi.

En regardant vers les branches, je voyais les silhouettes des deux chatons. Leurs miaulement inquiet me fit sourire de tendresse pour ces petites créatures. D’un clin d’oeil vers Angelica, je lui dis :

- Cette fois-ci laissais moi m’occupais d’eux.

Je pris l’écuelle contenant les croquettes et l’agitais sous les branches les plus basses. De petits mots d’encouragement, un regard avenant et les petits descendais déjà renifler. Toutefois pas trop près, c’était normale au vu de ma nature. Puis après une minute, le chaton noir se rapprocha et jusqu’a plonger son museau dans l’écuelle.

La petite chatte blanche ne vint qu’après deux minutes. Une fois qu’ils aient bien finis les croquettes je les pris dans mes bras pour les descendre. Une fois calé au chaud et rassasié, je vis la petite blanche commencer a bailler.
Revenir en haut Aller en bas
Angélica Warren
Infirmière
Angélica Warren
Terra : 19104
Ven 10 Mai - 15:49
Un coeur aussi blanc que la neige
1,2,3…. Le POUF qui aurait dû retentir ne fut qu’étouffer. J’ouvris doucement les yeux pour essayer de comprendre pourquoi, finalement j’entrevis la nuque de Mélodias. Il dégageait une odeur que je trouvais…plaisante. Je ne pus m’empêcher de rougir de sentir le corps du vampire contre moi, et je n’étais pas la seule à en être perturbée au bruit fait par le vampire

-M-Merci… dis-je timidement sans trop oser le regarder.

- Êtes vous blessé ?

Je sentis de nouveau le sol sous mes pieds et commença à en être encore plus gênée qu’avant, à cause de mes bêtises Mélodias aurait pu être blessé aussi :

-Heu… je –


Pas le temps de finir ma phrase que doucement il apporta sa main à son nez, je ne comprenais pas trop pourquoi mais cela me rendais encore plus gênée, je ne pus m’empêcher de rougir encore plus à l’idée qu’il me fasse un baise-main. Cet homme avait une manière d’être tactile qui me perturbait, pourtant ce n’était rien, mais c’était tellement inattendu… J’étais désormais tomate.

- Aucune odeur de sang, heureusement ce ne fut qu’une simple frayeur a la fois pour vous et pour moi.

Idiote comme j’étais je l’avais inquiétée, baissant doucement les yeux je balbutie :

-E…excusez-moi…je ne voulais pas…

Pas de réponse, je relevai doucement les yeux vers le jeune homme, il avait un sourire de tendresse sur le visage qui le rendait…charmant. Je ne pus m’empêcher de sourire doucement à mon tour. Il aimait vraiment les animaux finalement… c’était sans nulle doute une bonne personne.

Je le regardai doucement faire son petit tour avec l’écuelle. Il était doué et les chatons adorables. Je ne pus m’empêchais de sourire attendrie face aux chatons. J’allais les caresser :

-Ils ont l’air de beaucoup vous apprécier déjà… dis-je doucement à Mélodias en lui faisant un sourire.
Ce sourire qui avait l’habitude d’apaiser les gens et de supprimer toutes les mauvaises idées ou pré-sentiment de leur cerveau bien malgré moi.
Au final j’enviais un peu les petits chatons au chaud dans la veste du jeune homme…pas pour l’endroit où ils étaient bien sûr… mais parce que j’avais envie d’être au chaud. Et puis si l’infirmière tombait malade aussi comment ferait les élèves ?

:copyright:️ CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: