Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Terra : 2741
Réputation : 0
Jeu 6 Sep - 13:50
Ma petite gourde avec mon contenu alcoolisé dedans, mon ordinateur allumé, ma tranquillité intacte, tout cela est mon quotidien en tant que psychologue. Payé à ne rien faire et à profiter du temps libre pour inventer des choses, c'est le plan parfait! Un bureau au premier étage, une vue sur le pensionnat, j'avais l'impression d'être en congé permanent, et quand quelqu'un venait se faire "soigner", j'expédiais l'affaire en moins d'une heure. Il faudrait que j'invente une autre chose pour faire le travail à ma place mais bon, j'adore écouter la médiocrité des gens, pour la plupart, ils sont dépressifs car ils se prennent la tête pour un rien. Qu'ils se libèrent, ça leur fera du bien. Un bon verre d'alcool, ou autre, ça les décoincera. Sérieusement, si je racontais tout les défauts de ma vie, ils auraient de la pitié et d'autres sentiments exécrables à mon égard, alors que je suis justement celui qui doit les faire revenir sur le droit chemin.

En parlant de droit chemin, je dois accueillir une élève aujourd'hui, une certaine Miya Drake. On la soupçonne d'être malheureuse à cause de ses nombreuses bêtises. Soit, c'est une dépressive, soit une simple rebelle en herbe. Quoiqu'il en soit, elle va prendre de mon temps, alors elle a intérêt à être un minimum intéressante, sinon, je vais expédier vite fait cette consultation. La consultation était programmée pour 11h, ce qui lui faisait sécher un cours. A sa place, je m'estimerais chanceux, les cours, c'est d'un ennui, surtout que ça ne m'a jamais rien appris. Il suffit de retenir une fois et après, c'est tout, ça ne fait que se répéter ensuite. Attendant tranquillement l'heure fatidique, je continuais d'écrire les choses que je pourrais bricoler ou inventer, un simple brainstorming en soit. Armes miniatures, tempête de poche, bâtiments à faire pousser comme une plante, ce genre d'inventions qui épaterait la galerie. Avouez quand même qu'une Tour Eiffel au beau milieu du pensionnat, ça serait peu commode, n'est-ce pas? Il suffit juste que je trouve comment faire grandir un objet de quelques centimètres en un bâtiment de plusieurs centaines de mètres de haut et le tour sera joué, il va falloir que je concentre la matière, bien plus qu'avec mes armes miniatures. Rigolant légèrement, j'entendis un bruit contre la porte, un bruit que je n'aimais pas trop, car il signifiait que j'allais être dérangé : Quelqu'un toquait à la porte.

Soupirant, n'ayant pas vu qu'il était bientôt 11h, je me dirigeais vers la porte, me disant que ça allait être rapide et que je pourrais rapidement retourner devant l'ordinateur. J'ouvris la porte, un surveillant accompagnait une femme aux cheveux blancs.

-Bonjour Monsieur Stanford. Comme convenu, je vous ramène Miya, tâchez de faire quelque chose pour elle, la situation devient critique.

-Très bien...SoupireFaites là entrer, et laissez moi tranquille ensuite.

J'accueille ensuite la jeune élève, l'invitant à s'asseoir. M'installant à mon bureau, je pris de quoi prendre des notes et commençai alors l'interrogatoire.

-Bon, alors, c'est quoi ton problème? On m'a dit que t'étais malheureuse et que tu faisais des bêtises pour te faire remarquer... Mais t'as pas l'air dépressive à première vue. Alors pourquoi tu as été convoquée ici?

Je sais, je suis pas forcément tendre, mais bon, j'ai pas envie qu'on me prenne la tête pour des choses ridicules. Plus vite elle se confesse, plus vite je lui dis ce qu'elle veut entendre, et plus vite je retournerais à mes occupations.
Revenir en haut Aller en bas
Miya Drake
Élève de la classe 2-B
avatar
Terra : 6391
Réputation : 0
Jeu 6 Sep - 21:28
Le psychologue. Miya Drake devait aller voir le psychologue. Vous connaissez plus humiliant comme situation parce que pas moi. Je suis une princesse bon sang, quelle honte si ma famille l’apprenait, ou si les autres léopards des neiges l’apprenaient aussi…je préfère même pas y penser.

Alors forcément, fallait pas s’étonner que je sois de mauvaise humeur, surtout que j’avais une de ses faims. Même les hybrides loups à côté c’était de la gnognotte. Non puis pourquoi faut que je sois accompagnée par une surveillante comme si j’étais une enfant de 4 ans, je veux dire c’est bon quoi ! C’est pas comme si j’allais me tirer dès que la moindre occasion se présenterai-ouai si en fait si. Je serai sûrement allé griller mon heure volée à me prélasser au soleil sur une branche d’arbre.

La route semblait interminable, ça faisait 10 minutes que je marchais dans ce couloir vide où les pas résonnent en compagnie de l’autre grincheuse, et pourtant c’était comme si cela faisait trois longues heures. Vraiment, je n’avais pas hâte d’arriver. Un soupir s’échappa de mes lèvres quand je vis enfin la porte tant inattendue approchée. Soupir de soulagement que ce soit enfin fini mais aussi soupir de désespoir, je voulais partir de là moi…

L’homme qui ouvrit la porte semblait m’attendre. J’étais presque tentée de lui demander s’il n’avait pas de vie pour attendre comme un piquet derrière la porte que ce soit l’heure mais l’autre harpie m’empêcha d’articuler la moindre parole, sa voix aiguë prononçant :

-Bonjour Monsieur Stanford. Comme convenu, je vous ramène Miya, tâchez de faire quelque chose pour elle, la situation devient critique.

Nia nia nia faux cul. C’est pas moi le problème, et critique. La situation pourrait devenir bien pire, après tout je ne faisais que me restreindre, sinon les élèves ressembleraient à un troupeau de poule qui  subirait l’attaque d’un renard. Y laissant des plumes bien entendue, et… les bâtiments ne seraient plus debout. A part quelques dégâts mineurs je n’avais encore rien fait de très trèèès grave. Même le tag du bâtiment sud c’était rien.

-Très bien... Faites là entrer, et laissez moi tranquille ensuite.

Quel enthousiasme, on voit le mec au bord de la dépression et qui a qu’une envie qu’on le laisse tranquille, ça tombait bien, c’était mon avis aussi. Peut-être moyen de s’arranger pour qu’on puisse tranquillement passer une heure bien posés, l’un comme l’autre mais chacun de notre côté.  Avec l’air renfrogné et les yeux levés au ciel je me contentai d’exprimer clairement mon avis sur le fait d’être là, m’asseyant toutefois avec la grâce de la noble que j’étais. Franchement,  vous pouvez rire, mais c’est une éducation de se comporté en royauté et ça ne se perd jamais. Me balançant sur ma chaise je le regardais d’un air ennuyée, attendant l’inattendue question que tous les psys posaient :

-Bon, alors, c'est quoi ton problème? On m'a dit que t'étais malheureuse et que tu faisais des bêtises pour te faire remarquer... Mais t'as pas l'air dépressive à première vue. Alors pourquoi tu as été convoquée ici?

-Je sais pas, j’avais pas envie d’être ici on m’y a traîné de force, mais vous savez quoi doc ?

Je me rapprochai de lui, remettant ma chaise sur ses pieds avec un sourire en coin :

-J’ai autant envie que vous d’être là à vous raconter ma vie pour vous dire ce que vous avez envie d’entendre, alors on pourrez gagner du temps vous pourriez me relâcher, en disant que le soucis est réglé et chacun reprend son activité de son côté en toute tranquillité pour l’heure suivante. Le plan vous plaît ?

_________________
Nous allons voir si nous sommes félin pour l'autre :3
♥️ Ma fiche de lien
♠️Ma prez"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Terra : 2741
Réputation : 0
Ven 7 Sep - 20:55
J'écoutais donc ce que la demoiselle avait à me dire. Elle avait l'air ravie d'être là, à en croire ses yeux levés au ciel et son entrain à venir. Bon, on va gentiment écouter ce qu'elle à a dire puis on va faire ce qu'il faut pour la soigner à ma manière. Je l'observais, s'installer comme une reine sur son trône de fortune, tandis que je prenais place sur mon siège. Soit elle se donnait des airs de fausse princesse, soit elle en était vraiment une, mais peu importe. Une fois que Sa Majesté finit de s'installer, elle me répondit d'une manière calme et désinvolte.

-Je sais pas, j’avais pas envie d’être ici on m’y a traîné de force, mais vous savez quoi doc ? se rapprochant de moi J’ai autant envie que vous d’être là à vous raconter ma vie pour vous dire ce que vous avez envie d’entendre, alors on pourrez gagner du temps vous pourriez me relâcher, en disant que le soucis est réglé et chacun reprend son activité de son côté en toute tranquillité pour l’heure suivante. Le plan vous plaît ?

Je la regardais quelques instants avant de rire comme ceux de mon espèce. Cette petite avait du culot, elle me plaisait bien, mais ce n'est pas pour autant que j'allais la laisse repartir. Non, je dois apprendre quel genre de bêtises elle effectue, juste pour rire un bon coup. Sourire en coin, ma réponse ne se fit pas attendre pour l'élève.

-Haha, tu me plais bien toi! Mais non, je ne vais pas te relâcher tout de suite, on vient seulement de commencer. Allez, je suis sûr que tu as quelque chose à raconter. T'as fait quoi comme bêtises? De toute manière, t'es coincée avec moi pour au moins une heure. Pas que c'est une obligation, juste que tu n'arriveras pas à sortir de cette pièce.

Je souris avant de rire de plus belle. Le test était simple, si elle arrivait à sortir, alors elle n'avait pas besoin de moi, mais c'est inutile de penser à cette éventualité, j'avais déjà prévu une dizaine de plans et de possibilités. Ce que je voulais voir, c'était ses aptitudes à utiliser sa tête pour faire ses méfaits, et ainsi, découvrir sa personnalité et régler ses soucis. J'ai de quoi me protéger, bloquer la sortie avec un champ de force, et même quelques armes pour neutraliser la personne. J'ai de quoi contrer les éléments et même les pannes de courant. Par contre, si elle ne tente pas de s'évader, c'est qu'elle n'est pas drôle et que ses bêtises sont vraiment trop petites pour qu'on s'y intéresse, mais quelque chose me dit qu'elle me réserve de bonnes surprises. Posant ma tête sur mes mains, je regardais Miya dans les yeux.

-Vous pouvez sortir ou me dire de quoi on vous accuse, au choix.

Je jubilais à nouveau. Elle voulait jouer la forte tête, mais face à un vétéran de la folie, elle n'a pas l'ombre d'une chance.

Revenir en haut Aller en bas
Miya Drake
Élève de la classe 2-B
avatar
Terra : 6391
Réputation : 0
Sam 8 Sep - 10:32
J’essayais de prévoir la réaction du psychologue en face. Beaucoup m’auraient envoyé sur les roses pour moins que ça, lui, ça le faisait rire. D’un rire bien particulier. En même temps il n’avait pas la même odeur que les humains donc ce n’en était pas un. Mais qu’est-ce que c’était alors ? Mystère. En tout cas c’était une proposition bien particulière que me fit cet homme :

-Haha, tu me plais bien toi! Mais non, je ne vais pas te relâcher tout de suite, on vient seulement de commencer. Allez, je suis sûr que tu as quelque chose à raconter. T'as fait quoi comme bêtises? De toute manière, t'es coincée avec moi pour au moins une heure. Pas que c'est une obligation, juste que tu n'arriveras pas à sortir de cette pièce.

Etait-ce un défi ? Un haussement de sourcil et un sourire en coin, dévoilant mes crocs orna mon visage. Les défis, je les relèvent quoiqu’il en coûte, ça ne me fait pas peur et celui-là aurait un double bonus : celui de me faire sécher les cours, en particulier celui d’Histoire de la Magie. Ah que je n’aimais pas ce cours, il était relou. Je devais lutter contre le sommeil au bout de dix minutes seulement. Non mais sans déconner ! Ce prof avait une voix soporifique, et il partait tellement loin dans ses délires que forcément plus personne n’arrivait à suivre au bout de dix minutes. Beaucoup jouaient sur leur téléphone ou dessinaient sur leur cahier pour passer le temps. Ce n’était pas méchant, ce prof était sûrement très gentil…mais…trop puissant pour la majorité de la classe.

-Vous pouvez sortir ou me dire de quoi on vous accuse, au choix.

-Comme si vous alliez m’empêcher de m’en aller, répondis-je avec ce sourire en coin habituel.

Je me levai tranquillement, doigt tendu vers le canapé je désignai ensuite la porte. Sans prévenir, le canapé défonça la porte pour moi. Mains dans les poches je me dirigeai tranquillement vers la porte , le canapé ayant fait torubahu du tonnerre.

-A la prochaine doc


_________________
Nous allons voir si nous sommes félin pour l'autre :3
♥️ Ma fiche de lien
♠️Ma prez"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Terra : 2741
Réputation : 0
Lun 10 Sep - 0:47
La pauvre, elle n'était pas prête pour mon interrogatoire, même si son caractère me plaisait fortement. Elle a de l'audace, et n'hésite pas à me provoquer, seulement, elle ne savait pas à qui elle avait à faire. Parmi tout les élèves belliqueux que j'ai eu, aucun n'a réussi à s'échapper d'ici sans que je sache ce qu'il avait et comment je pouvais régler son souci. Oui, quiconque entrera ici sera soigné de ses problèmes par mes soins, peu importe s'il y en a d'autres ensuite, au moins, les problèmes initiaux sont soignés, non? La jeune femme sourit, ses crocs étant désormais visibles. Une hybride, comme aurais-je pu passer à côté de ça, cela se sentait. J'avais envie de sourire, et de rire encore et encore, mais je me contentai de ne rien faire pour l'instant. La tête qu'elle va faire quand elle va se rendre compte qu'elle va devoir redoubler d'ingéniosité pour sortir, j'en ris d'avance. Suite à notre conversation, elle me répondit, toujours aussi franche.

-Comme si vous alliez m’empêcher de m’en aller.

Toujours aussi souriante. Pendant qu'elle se levait, je sortais ma flasque remplie d'alcool, la regardant partir, après avoir enfoncé la porte. Les jeunes de nos jours, ils ne savent plus ouvrir une porte sans utiliser leur pouvoir pour frimer. Elle s'exprima alors, toujours aussi insolente.

-A la prochain doc'.

Je lui fis un signe de la main, faisant mine qu'elle pouvait partir tranquillement. Juste avant qu'elle ne parte, j'activai alors le champ de force d'un simple bouton sous le bureau. Je commençais alors de nouveau à rire comme la hyène que j'étais. La situation me faisait tellement rire! Imaginez donc, une petite rebelle qui se trouve face à plus têtu que lui, ça n'a pas de prix. Je repris donc son même sourire en coin, imitant son intonation lors de ses précédentes paroles.

-Vous avez changé d'avis finalement? Je pensais que vous vouliez partir?

Appuyant sur un autre bouton, des barreaux électriques se mirent en place près des fenêtres, limitant les sorties au plafond et au sol. Je riais aux éclats, l'interrogatoire avait déjà commencé, et pour l'instant, elle manquait d'ambition. La larme à l'oeil, je continuais à répliquer.

-Comme vous pouvez le voir... je suis assez têtu aussi, mais ce n'est rien par rapport à la folie qui me ronge. Alors, vous êtes sûr de ne pas vouloir parler de ce que l'on vous accuse? Je suis sûr qu'on peut ... améliorer ça.

Une légère explosion se fit entendre. Le canapé qui était à l'extérieur venait d'exploser. Je pris un air faussement étonné, riant de nouveau.

-Oups, ce canapé ne paie pas ... bonne mine! Hahahaha! Non, honnêtement, ce canapé mine de proximité est encore à travailler, une bonne chose que vous aillez réussi à vous en débarrasser après l'avoir bougé. Par chance, le vrai canapé est ailleurs. Vous pouvez vous asseoir ailleurs, les autres sièges sont sûrs. Mais je suis sûr qu'on peut parler de choses intéressantes.

Je riais encore légèrement. J'espère au moins avoir réussi à surprendre Miya. Je ne vais quand même pas y aller à fond après tout. C'était juste pour l'impressionner, mais je n'ai pas besoin de sortir tout mon arsenal pour ça. Quoique, c'est à voir, selon son tempérament.
Revenir en haut Aller en bas
Miya Drake
Élève de la classe 2-B
avatar
Terra : 6391
Réputation : 0
Lun 10 Sep - 20:05
J’avais à peine posée le pied sur le pas de la porte qu’une sorte de champ de force me repoussa. Je terminai à même le sol,  me réceptionnant de justesse.  Qu’est-ce qu’il venait de se passer ? ça me surprenait. J’haussai les sourcils et renifla la porte, il y avait une odeur de magie. Et ce type là , ce type qui était en train de rire comme…je ne savais quoi, était au courant !
Cela m’énervait, il était donc naturel que mes oreilles se plaquent en arrière et que mes crocs sortent.  Et quand il me narguait en disant :

-Vous avez changé d'avis finalement? Je pensais que vous vouliez partir?

Un froncement de sourcil et un grognement de ma part plus tard, des barreaux électriques se mirent en place près des fenêtres, limitant les sorties au plafond et au sol.

-Comme vous pouvez le voir... je suis assez têtu aussi, mais ce n'est rien par rapport à la folie qui me ronge. Alors, vous êtes sûr de ne pas vouloir parler de ce que l'on vous accuse? Je suis sûr qu'on peut ... améliorer ça.

Une légère explosion se fit entendre. Qu’est-ce que cela pouvait être ? J’étais quasiment sûr que ce fou devait en être responsable. Il parla d’un canapé miné.

-Vous pouvez vous asseoir ailleurs, les autres sièges sont sûrs. Mais je suis sûr qu'on peut parler de choses intéressantes.

-Si vous pensez que vous allez me retenir ici ainsi vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au coude déclarais-je, je sais très bien que vous êtes comme eux quoique vous en dîtes.

J’étais une léopard des neiges, sauvages, ce n’était pas de vulgaires pièges qui allait me retenir dans un endroit où je ne voulais pas être. Non mais oh…

Bien donc il restait le sol, il y avait plein de plans possibles en tête mais peu de réalisable avec le peu de matériel que j’avais ici.  Comment casser un mur avec  des étagères avec des livres, un ordinateur, des stylos, des feuilles, une imprimante, des chaises, une agrafeuse, des rideaux…..
Je pris les rideaux sans rien dire, une idée en tête. Du doigt je montra l’imprimante, avant de pointer le plafond. C’était un plafond creux. Un trou se fit, le courant de la pièce se coupa j'utilisai mon pouvoir pour maintenir en l’air les rideaux et y grimper comme si c’était une corde.
Hé bien voilà j'avais réussi, je souris en coin et ne put m'empêcher de tirer la langue au psychologue tranquillement.

_________________
Nous allons voir si nous sommes félin pour l'autre :3
♥️ Ma fiche de lien
♠️Ma prez"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Terra : 2741
Réputation : 0
Mar 11 Sep - 2:38
Que cette petite se croyait maline, je la voyais s'énerver contre moi, j'adorais ça. A première vue, on pouvait voir qu'elle s'énervait rapidement, donc un caractère assez fort en perspective. J'aime ça, la voir se débattre sera plus marrant. Certains diront que c'est du sadisme, moi je vois ça comme de l'amusement. C'est sûr, le canapé qui explose a dû la surprendre un peu, mais ce n'était que le début, et je l'observais attentivement. Plus je la taquinais, plus elle s'énervait, c'était merveilleux. Je l'entendais grogner, je voyais ses sourcils se froncer, elle voulait en découdre, c'était beau. Et le meilleur pour la fin, elle me répondit avec une telle hargne que mon seul réflexe fut de rire à nouveau comme les gens de ma race. A force de me faire rire, elle va avoir mal à la tête, la pauvre.

-Si vous pensez que vous allez me retenir ici ainsi vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au coude, je sais très bien que vous êtes comme eux quoique vous en dîtes

J'arquais un sourcil suite à sa réflexion. Comme eux? Comme qui? Les professeurs? Elle pensait que j'allais la museler? Ohhhhhhh, mais je comprends désormais sa colère, elle a peur qu'on la change! Elle devait être assez fière d'elle-même pour se débattre autant sans me connaître. Je connaissais cette situation, j'ai vécu les mêmes choses à son âge. Ne voulant pas intervenir davantage, je la laissais faire, sans rien dire. Elle utilisa alors mon imprimante pour démolir le plafond afin d'y faire un trou puis les rideaux afin d'en faire un support d'escalade. Elle devait avoir des origines félines pour être aussi agile. Cependant, j'ai dit que je la laissais faire, pas que je la laissais filer sans rien dire. Me levant sans aucune crainte, je vins la rejoindre au pied de sa sortie de fortune, malgré qu'elle m'ait tiré la langue. La regardant monter, je m'exprimais avec calme.

-Par contre, tu te trompes, si tu crois que je veux museler ton comportement, tu te trompes, je veux juste que tu sois toi-même, rien de plus. Tes bêtises reflètent ta personnalité, mais je suis sûr que tu peux faire encore mieux, tu en as le potentiel.

Je pris alors un objet miniaturisé puis laissa tomber une goutte d'eau dessus avec une pipette. Deux grenades apparurent,l'une assez forte pour démolir une partie du plafond mais trop faible pour raser un bâtiment, l'autre qui balance des confettis. De plus, le premier explosif ne fait aucun bruit d'explosion, juste une onde de choc. Soupirant et retournant à ma place, je lui adressais une dernière fois la parole, lançant la fausse grenade

-Attention, ça va péter. Tu ferais mieux de descendre.

Quelques secondes après, les confettis sortirent, me permettant un nouveau fou rire avant de reprendre mon sérieux. Entre temps, j'espérais que ma patiente du jour soit redescendue, si elle avait été effrayée par la grenade. Je continuais alors, la prenant cette fois-ci par les sentiments.

-Si tu me parles un peu de toi, je te montre la vraie en action. T'en penses quoi?

Un ricanement se fit entendre de ma part. Moi, fou? Non, juste un peu trop appliqué à la tâche. Ça ou alors je m'ennuie tellement que ma passion du moment, c'est la torture d'élèves, au choix. Mais quelque part, j'ai juste envie qu'ils aillent mieux et que ce pensionnat devienne amusant, avec des gens libres de toute restriction, pouvant respirer le bonheur pur d'une déflagration d'origine terroriste et totalement volontaire.
Revenir en haut Aller en bas
Miya Drake
Élève de la classe 2-B
avatar
Terra : 6391
Réputation : 0
Mar 11 Sep - 10:38
-Par contre, tu te trompes, si tu crois que je veux museler ton comportement, tu te trompes, je veux juste que tu sois toi-même, rien de plus. Tes bêtises reflètent ta personnalité, mais je suis sûr que tu peux faire encore mieux, tu en as le potentiel.

Ouai ouai c’est ce qu’ils disaient tous, je préférai continuer à monter, j’avais presque atteint le haut du plafond quand je vis un truc…qui ressemblait à….une grenade ?! Non…non mais il oserait pas… Ah bah si. Quand il dit :

-Attention, ça va péter. Tu ferais mieux de descendre.


Je compris que ce n’était pas une fausse. Sans rien dire je lâchai tout de suite les rideaux et atterris au sol, jambes écartées et main au sol. Non mais ce type était dingue !! Complétement dingue !!! Et le directeur aussi pour engager un malade mental pareil !! Mes oreilles pliées sur la tête en préparation du bruit qui allait retentir je fus étonnée de ne rien entendre. J’entrouvris doucement un œil pour voir des confettis qui tombaient. Des confettis…. Des confettis ?!

Argh je m’étais fait avoir ! Quelle idiote ! En même temps c’était sûr qu’il n’avait pas de vraie grenade, si ? Non…enfin c’est ce que je croyais jusqu’à ce que l’homme me déclare :

-Si tu me parles un peu de toi, je te montre la vraie en action. T'en penses quoi?

Il avait amené une vraie grenade dans le pensionnat ? Et le directeur ne lui disait rien !? Ce n’était pas juste, elle aurait finie en heure de colle pour moins que ça. Mes joues se gonflèrent toutes seules, les adultes étaient vraiment plus avantagés que les élèves dans ce pensionnat !Bon pas le choix de toute façon, si il se mettait à utiliser ce genre de matériel sur moi c’était clair que je ne pourrais pas sortir de toute façon…

-Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?
Demandais-je l’air un peu agacée. Ma queue claqua derrière moi pour montrer mon irritation face à cette situation.

Il était sûr que je n’aimais pas me montrer si facilement résolue mais il fallait aussi savoir en tant que dirigeant quand est-ce qu’on était dos au mur et qu’on ne pouvait plus rien faire. Et là c’était le cas.

_________________
Nous allons voir si nous sommes félin pour l'autre :3
♥️ Ma fiche de lien
♠️Ma prez"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Terra : 2741
Réputation : 0
Mar 11 Sep - 18:04
Mon lancer de grenade de la laissa pas indifférente. La pauvre, elle devait croire que j'étais totalement fou, ce qui n'était pas entièrement faux. Avoir un QI triplé ne donne pas que des avantages, c'est une évidence. La vitesse à laquelle elle était descendue m'a encore fait rire de vive voix, elle s'était même préparée à une grande explosion! Alors quand je vis les confettis se répandre sur le sol, c'était trop, je riais jusqu'à m'en tenir les côtes, toujours avec ce même rire dérangeant. Bon, promis, je vais arrêter de me moquer d'elle et tenter de l'aider du mieux que je peux, c'est pour ça qu'on me l'a envoyé. Prenant une nouvelle gorgée dans ma flasque, je sentais que mon pouvoir commençait à me chauffer le corps, sans pour autant me rendre ivre, mais plutôt euphorique. Mieux vaut que j'arrête de penser activement pour l'instant, sinon, je risque de me retrouver ivre au bureau avant même la fin de ma journée. Suite à ça, je lui avais fait une proposition claire, afin de voir si sa curiosité était présente. Sa réponse ne se fit pas attendre, ses joues avaient gonflées, cela se voyait qu'elle était contrariée, mais cela pouvait s'arranger plus tard

-Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?

Oh qu'elle était agacée! C'est si mignon! Et sa queue qui claquait au sol pour me prouver son énervement, c'était parfait! Au moins, elle allait rester le temps que je lui parle. D'ici peu, elle sera en paix avec elle-même et on arrêtera de m'ennuyer. Me frottant les mains, je rigolais à nouveau, avant de lui répondre, avec un grand sourire.

-Déjà, j'aimerais savoir de quoi on t'accuse. Si tu es ici, c'est parce qu'on m'a dit que tu déprimais, d'où les raisons de tes bêtises. Mais à bien t'observer, tu prenais du coeur à tout détruire autour de toi, c'est ta manière de t'exprimer, de te libérer de quelque chose, je me trompe?

Je sortis alors de mon tiroir quelques objets miniaturisés et les montrèrent à Miya, afin de capter son attention. Je m'émerveillais devant ces petits bijoux de mon imagination avant d'expliquer leur fonctionnement.

-Tu vois, ça, c'est que j'utilise pour me défouler quand j'ai envie de m'amuser. En l'apparence, ce ne sont que des petits jouets mais...

Sortant une pipette, une goutte d'eau tomba sur un objet, le faisant grandir et apparaître une guitare, sur un autre objet que je posai à terre, une moto apparut et une autre goutte sur un troisième objet fit apparaître une arme avec une fusée de détresse. Souriant, je montrais le résultat de mes expériences comme si j'avais fait un tour de magie.

-Tadahhhhh! Et voilà comment je m'amuse! Et toi, tu fais quoi pour t'amuser? Tu démolis des portes avec un canapé ou tu fais des explosions? Je suis tout ouïe! Et tu pourras peut-être repartir avec un cadeau! Et oui oui oui, c'est des cadeaux à gogo ici! Une confession d'avouée, c'est un jouet offert, c'est mieux qu'un Happy Meal! Après, c'est comme tu le sens, si tu veux tout garder pour toi et encore te faire chopper... à toi de voir!

Je m'esclaffais de rire à nouveau, toujours avec ce même rire désagréable! Mais j'avais envie de laisser un choix. Si vraiment elle ne voulait pas s'exprimer, ça sera tant pis pour elle. Mais si jamais elle revient dans mon cabinet, je risque de passer à l'étape supérieure de la torturer psychologiquement. Là, je n'ai fais que jouer avec elle, avec gentillesse, et je n'ai vraiment pas envie de l'accueillir comme un sadique avec une hache
Revenir en haut Aller en bas
Miya Drake
Élève de la classe 2-B
avatar
Terra : 6391
Réputation : 0
Sam 15 Sep - 0:51

-Déjà, j'aimerais savoir de quoi on t'accuse. Si tu es ici, c'est parce qu'on m'a dit que tu déprimais, d'où les raisons de tes bêtises. Mais à bien t'observer, tu prenais du coeur à tout détruire autour de toi, c'est ta manière de t'exprimer, de te libérer de quelque chose, je me trompe?


J’hausses les sourcils je ne peux pas m’en empêcher. Ça aurait été un autre que lui je lui aurais dit « parce que vous êtes psy en plus de pas être capable de vous mêler de vos affaires » mais le soucis c’est que lui il l’était dooonc je n’aurais pas réellement de raisons de lui dire ça. C’était fou ce que les gens essayaient de vous analyser alors qu’en soit on leur demande rien !

Sans me laisser plus que ça le temps de répondre il sortit des objets, des jouets en plastique qu’il me montra. Allez comprendre, les hommes et leurs jouets. Lui semblait en être sous le charme. Un grand enfant sans doute.

-Tu vois, ça, c'est que j'utilise pour me défouler quand j'ai envie de m'amuser. En l'apparence, ce ne sont que des petits jouets mais...


Sortant une pipette, une goutte d'eau tomba sur un objet, le faisant grandir et apparaître une guitare, sur un autre objet qu’il posa à terre, une moto apparut et une autre goutte sur un troisième objet fit apparaître une arme avec une fusée de détresse

Ah oui d’accord, bon je devais admettre que là, il y avait de quoi respecter le monsieur. Quelle drôle de magie de miniaturiser des objets pour s’en resservir plus tard. Ne voulant pas l’interrompre elle le laissa pas parler.

-Tadahhhhh! Et voilà comment je m'amuse! Et toi, tu fais quoi pour t'amuser? Tu démolis des portes avec un canapé ou tu fais des explosions? Je suis tout ouïe! Et tu pourras peut-être repartir avec un cadeau! Et oui oui oui, c'est des cadeaux à gogo ici! Une confession d'avouée, c'est un jouet offert, c'est mieux qu'un Happy Meal! Après, c'est comme tu le sens, si tu veux tout garder pour toi et encore te faire chopper... à toi de voir!

-Mouai. Si vous voulez savoir comment je m’amuse, je m’amuse à faire des bêtises et la seule raison pour laquelle je suis ici c’est parce que le directeur trouve que je « ne souris pas » et donc que je suis malheureuse. Une belle bêtise. Mais soit ça me permet de griller quelques heures à rien faire alors c’est pas si mal.
Je fais des bêtises de tout genre, j’essaye simplement d’éviter d’en faire des trop grosses qui pourraient me faire repérer ou orienter la suspicion sur moi sinon j’aurai des problèmes. Je ne peux pas me permettre de me faire renvoyer.




_________________
Nous allons voir si nous sommes félin pour l'autre :3
♥️ Ma fiche de lien
♠️Ma prez"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Terra : 2741
Réputation : 0
Lun 17 Sep - 15:47
Je lui avais montré mon petit tour de passe-passe qui avait sans doute fait son effet. J'étais comme un enfant quand il s'agissait de montrer mes petites merveilles miniatures, mais ce n'était pas tout ce que j'avais à offrir. Si je le voulais, je pourrais être plus malveillant et faire de The Walking Dead une réalité. Un virus incontrôlable qui transforme les gens en zombies puis quand j'en aurais marre, j'inventerais le remède miracle et on me prendra pour un héros et j'aurais épousé une belle américaine. Ça pourrait être sympa à faire un jour, mais j'ai la flemme donc bon, autant me contenter de mon boulot de psychologue, c'est plus reposant. Je pourrais tout aussi fuir avec une machine à voyager dans le temps qui me permettrait de jouer des possibilités infinies afin de trouver celle où on me laissera faire ce que je veux, mais je risque de détruire l'espace temps en faisant ça, ou alors de me retrouver en train de faire du tricot. Me perdant dans mes pensées, je revins sur Terre quand Miya me parla de la raison de sa venue.

-Mouai. Si vous voulez savoir comment je m’amuse, je m’amuse à faire des bêtises et la seule raison pour laquelle je suis ici c’est parce que le directeur trouve que je « ne souris pas » et donc que je suis malheureuse. Une belle bêtise. Mais soit ça me permet de griller quelques heures à rien faire alors c’est pas si mal.
Je fais des bêtises de tout genre, j’essaye simplement d’éviter d’en faire des trop grosses qui pourraient me faire repérer ou orienter la suspicion sur moi sinon j’aurai des problèmes. Je ne peux pas me permettre de me faire renvoyer.


Je souriais en coin, je savais bien qu'elle ne déprimait pas et que sa passion était de vouloir faire des bêtises. Seulement, on pouvait remarquer que ce n'était encore qu'une amatrice, car elle craignait de se faire chopper. Cela me rappelait ma scolarité à son âge. Elle avait la volonté mais la technique était à revoir sans doute. Prenant la parole, je lui répondis, avec toujours le même sourire.

-Je vois... Dans ce cas, viens te défouler ici, si tu as peur de te faire prendre. D'ailleurs, si tu crois que je ne me gêne pas pour le faire... d'ailleurs...

En appuyant sur un bouton, je fis apparaître un hologramme qui masqua les trous au plafond, afin de faire croire qu'il n'y a jamais eu de dégâts dans cette salle. J'avais prévu cette éventualité depuis bien longtemps, surtout qu'avec mes expériences, les dommages allaient être de plus en plus importants. Et puis, en cas de contrôle, il faut toujours que je garde un bureau impeccable afin que je ne me prenne aucun reproche. En tout cas, je comptais apprendre la discrétion à ma patiente, après tout, si les gens ne reviennent plus dans mon bureau après une consultation, c'est que je fais du bon boulot, non? Sortant la véritable grenade et la posant sur le bureau, j'ouvris la fenêtre, pointant un arbre non loin d'ici.

-Tu vois cet arbre là-bas? Tu peux tester mon joujou si tu veux, tu verras, aucun risque de se faire prendre. Ou alors, tu peux la tester n'importe où, tant que tu ne blesses personne. Si elle ne fait pas de bruit à l'explosion, c'est justement pour ne pas attirer les regards, c'est une chose que j'ai appris au lycée. Pas vu, pas pris. Et comme ton pouvoir consiste à faire léviter des choses, on ne pourra pas t'accuser.

Je riais légèrement, mais mon rire de hyène était toujours aussi désagréable pour les autres. Je restais debout afin de voir ce que la jeune fille voulait faire, même si j'étais assez impatient de voir le résultat. Avec un nouveau sourire en coin, je continuais.

-Comment crois-tu que le directeur ne m'ait jamais rien reproché? Je dirais que c'est propre à ma race d'être fourbe, mais bon, toi et moi, on veut juste s'amuser comme bon nous semble. Si la grenade te plaît, j'ai encore quelques petits jouets dont je ne me sers plus qui te plairont. Je suis là pour que l'on croit que tu n'es plus malheureuse à cause de bêtises. Mais si on ne te choppe plus, on me laisse tranquille, on croit que tu t'es assagie et moi, on me dit que je fais du bon travail, c'est encore mieux que de juste te laisser repartir, non?

Je ricanais légèrement, me disant que c'était un bon plan, même si ça serait dommage que je ne la vois plus après cette séance. C'est dommage, j'avais presque trouvé un camarade de jeu pour mes inventions.
Revenir en haut Aller en bas
Miya Drake
Élève de la classe 2-B
avatar
Terra : 6391
Réputation : 0
Hier à 13:24
-Je vois... Dans ce cas, viens te défouler ici, si tu as peur de te faire prendre. D'ailleurs, si tu crois que je ne me gêne pas pour le faire... d'ailleurs...

J’haussai les sourcils, c’était moi où il me proposait de venir faire des bêtises avec lui ? Non hein c’est pas moi on est d’accord. Puisqu’il fasse des bêtises, j’en doutais pas, peut-être qu’il était comme moi au final mais je sais que ce n’est pas le cas, pas entièrement. Il n’avait rien qui le bridait, rien qui le forçait à être discret en dehors qu’il était le personnel ici.
Et il n’avait pas le même caractère d’ailleurs. C’était un bien étrange psychologue que j’avais en face de moi. Vous allez me dire que c’est moi qui exagères, mais pas du tout ! D’ailleurs il me le prouva bien quand il ouvrit la fenêtre en pointant un arbre.

-Tu vois cet arbre là-bas? Tu peux tester mon joujou si tu veux, tu verras, aucun risque de se faire prendre. Ou alors, tu peux la tester n'importe où, tant que tu ne blesses personne. Si elle ne fait pas de bruit à l'explosion, c'est justement pour ne pas attirer les regards, c'est une chose que j'ai appris au lycée. Pas vu, pas pris. Et comme ton pouvoir consiste à faire léviter des choses, on ne pourra pas t'accuser.

L’homme pouvait me voir hésiter en le regardant avec scepticisme, au moins il a l’air honnête ce n’est pas le problème, non il est honnête, et très étrange. Enfin honnête…honnête à la manière des rebelles quoi. La curiosité faîte femme je ne pus m’empêcher de vouloir essayer cette curieuse invention, et en effet force m’est de constater que ce qu’il dit est vrai, même si ça a tendance à me laisser dubitative. Je suis sûre qu’il peut lire en moi ma réaction étonnée, c’est rare, très rare que je laisse transparaître mes émotions aussi clairement, je le sais, et c’est ce qui m’a amené à être dans ce bureau finalement...

-Comment crois-tu que le directeur ne m'ait jamais rien reproché? Je dirais que c'est propre à ma race d'être fourbe, mais bon, toi et moi, on veut juste s'amuser comme bon nous semble. Si la grenade te plaît, j'ai encore quelques petits jouets dont je ne me sers plus qui te plairont. Je suis là pour que l'on croit que tu n'es plus malheureuse à cause de bêtises. Mais si on ne te choppe plus, on me laisse tranquille, on croit que tu t'es assagie et moi, on me dit que je fais du bon travail, c'est encore mieux que de juste te laisser repartir, non?


-Oui c’est vrai…. D’accord pourquoi pas.....


Mais qu’il ne croit pas que je lui fasse confiance pour autant. Mes oreilles se plaquent sur ma tête, par réflexe, montrant clairement ma méfiance envers cet homme même si après tout il a l’air réglo. De toute façon s’il ne l’était pas je me ferais un plaisir de le dénoncer, en gardant en otage une de ses inventions.
L’air de rien, l’heure est passée, mon regard posé sur l’horloge le constate, et maintenant je dois m’en aller, au final ça n’avait pas été si désagréable que ça cette petite séance de psy. Sans rien dire je me lève, je suppose que s’il a suivi mon regard, il a compris pourquoi. Je commençai simplement à marcher avec un sourire en coin en disant avec une lueur amusée dans le regard:

-A jamais je suppose.

C’est toujours mieux qu’à plus tard, car même si ça n’avait pas été désagréable je ne comptais plus revenir ici. Et encore moins parce que je me serai prendre, du coup je ne le reverrai plus cet étrange homme au rire si désagréable pour les oreilles, plus jamais.

_________________
Nous allons voir si nous sommes félin pour l'autre :3
♥️ Ma fiche de lien
♠️Ma prez"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: